Réduire les obstacles à la mobilité de la main-d’œuvre à travers le Canada

APERÇU

Le Groupe de travail sur la mobilité et la reconnaissance des qualifications (GTMRQ) assure la coordination, la mise en application et la surveillance du chapitre sur la mobilité de la main-d’œuvre de l’Accord de libre-échange canadien (ALEC). Cette section explique qui nous sommes et ce que nous faisons.


QUI SOMMES-NOUS?

Le GTMRQ a été mis sur pied par le Forum des ministres du marché du travail (FMMT) et est composé de représentants de chaque gouvernement signataire de l’Accord de libre-échange canadien (ALEC).

Le FMMT est composé des ministres provinciaux, territoriaux et fédéral responsables du marché du travail. Il a été créé en 1983 afin de favoriser les discussions et la coopération dans le domaine du marché du travail.


CE QUE NOUS FAISONS

Le GTMRQ coordonne les activités de mise en œuvre du chapitre sur la mobilité de la main-d’œuvre de l’ALEC au nom du FMMT.

Le GTMRQ est chargé:

  • d’appuyer les organismes de réglementation et leur donner des conseils et de l’information sur leurs responsabilités;
  • d’assurer la cohérence de l’interprétation des articles sur la mobilité de la main-d’œuvre et de leurs applications dans l’ensemble des provinces et des territoires;
  • d’évaluer l’efficacité de la mobilité de la main-d’œuvre dans le cadre de l’ALEC partout au Canada;
  • de trouver des façons de réduire les obstacles à la mobilité de la main-d’œuvre;
  • de fournir des renseignements sur la mobilité de la main-d’œuvre aux personnes et aux intervenants intéressés.

Dans le cadre de son rôle, le GTMRQ communique avec les travailleuses et travailleurs accrédités pour les aider à mieux comprendre les possibilités qu’offre la mobilité de la main-d’œuvre, ainsi qu’avec les organismes de réglementation pour les aider à appliquer les dispositions relatives à la mobilité de la main-d’œuvre. Le GTMRQ est chargé d’évaluer l’efficacité de la mobilité de la main-d’œuvre, ce qui comprend la collecte d’information sur les défis à relever et les occasions à saisir par les divers intervenants, de même que sur les conséquences négatives imprévues découlant de l’application du chapitre.


COORDONNATEURS DE LA MOBILITÉ DE LA MAIN-D’ŒUVRE

Chaque province et territoire nomme un coordonnateur de la mobilité de la main-d’œuvre. Le rôle des coordonnateurs de la mobilité de la main-d’œuvre est de soutenir l’application et le respect continu des dispositions sur la mobilité de la main-d’œuvre de l’Accord de libre-échange canadien (ALEC). dans leur province ou leur territoire. Ce rôle consiste à :

  • répondre aux questions et aux préoccupations des travailleuses et travailleurs accrédités sur la mobilité de la main-d’œuvre;
  • interagir avec les organismes de réglementation et les représentants d’autres ministères pour appuyer la reconnaissance des travailleuses et travailleurs accrédités provenant d’une autre province ou d’un autre territoire;
  • participer aux processus de conciliation des normes professionnelles, le cas échéant et dans la mesure du possible.

Si vous avez des questions sur les dispositions relatives à la mobilité de la main-d’œuvre de l’ALEC, veuillez communiquer avec le coordonnateur de la mobilité de la main-d’œuvre de la province ou du territoire où vous êtes accrédités à l’heure actuelle.